Ilion Ansval

Ilion Ansval

Messagepar Ilion Ansval » Mar 21 Oct 2014 11:31

Hay!

J'vais vous présenter le background de mon perso (avant qu'il se fasse pousser des boobs sur FF) que j'ai utiliser pour faire du RP sur GW2. Il reste encore des fautes j'en suis sûr donc faites pas attention x). Je continue cette histoire de temps en temps mais tant que j'ai rien de fixé personne ne verra la suite. Par contre si vous avez des remarques/questions j'serais ravi d'y répondre. Je suis convaincu qu'il n'y a pas de mauvaise critique tant qu'elles sont construites :D donc n'hésitez pas!

Bonne lecture!
Image
Avatar de l’utilisateur
Ilion Ansval
Rang Ilvl 1
Rang Ilvl 1
 
Messages: 11
Inscription: Dim 5 Oct 2014 21:04

Re: Ilion Ansval

Messagepar Ilion Ansval » Mar 21 Oct 2014 11:33

Chapitre 1 : L’Héritage

Notre histoire se déroule en l'an 1534 AE, les dragons ancestraux s'étaient éveillés et avec eux s'en était suivit les pires catastrophes que tout être de la Tyrie puisse imaginer. Raz-de-marée, tremblements de terre ainsi que la corruption tant de la chair que de la nature avaient redessiné tous les paysages de la Tyrie que l'on connaissait. Malgré les pertes incommensurables et l’absence des six dieux, les hommes résistaient tant bien que mal face à l'adversité.

Un homme dont le nom a peu d'importance dans cette histoire était tombé lors d'un énième assaut de centaures laissant derrière lui sa femme, sa fille et son fils. Ce petit garçon se prénommait Ilion. Il était âgé d'une dizaine d'année mais il mettait tout son cœur à l'ouvrage pour aider sa mère à gérer l'auberge près du comté de Beetletun. « Pourquoi s’intéresser à ce garçon ? » me direz-vous. Et bien ce jeune garçon avait des cheveux et des yeux azurs ce qui n'est pas forcément anodin mais qui le devient lorsque ses parents ainsi que sa sœur sont tous brun de cheveux aux yeux marrons. Point d'adultère dans cette histoire et nous y reviendrons en temps voulu. Les années passèrent depuis la mort de son père et Ilion faisait tous ce qu'il pouvait pour s'occuper l'esprit et ne pas y penser car malgré tout il lui manquait. Il se souvenait de moins en moins de cet homme mais il ne voulait pas l’oublier. Il avait été exemplaire, sinon le gamin n’aurait pas été aussi facile à vivre. Ilion apportait toujours la bonne humeur là où il allait, enfin là où il ne volait rien et là où ils ne jouaient pas des tours aux habitants. Ce petit farceur adorait se jouer du forgeron du village mais cela restait innocent et même s'il hurlait après lui ses éclats de rire finissait toujours par apaiser les villageois. Une fois il faillit se faire attraper par ce dernier alors qu'il venait de dérober une dague. Elle ne valait pas grand-chose mais le forgerons le poursuivit jusque sur les toits cette fois-là ! Il avait le pied sûr, se déplaçait avec rapidité et aisance sur le toit des chaumières toujours en riant. Le forgeron le rattrapa tout de même et Ilion fut contraint de s'arrêter au bord du toit, le sol était deux étages plus bas. Il fit alors volte-face :


« Ah petit sacripant cette fois-ci tu ne t'en tireras pas ! » dit-il en ricanant.

Mais c'était sans compter sur la malice du jeune garçon qui, le sourire aux lèvres se lassa basculer en arrière laissant le pauvre homme totalement abasourdi. Les habitants qui assistaient à la scène retinrent leur souffle lorsque que le garçon bascula puis rigolèrent en voyant la tête déconfite du forgeron lorsque celui-ci s’aperçut qu'Ilion avait sauté dans une motte de foin bien rembourrée :

« Ilion ! Tu aurais pu t'rater comme une crotte de Moa t'aurais moins fait le malin ! s'exclama une jeune fille les poings sur les hanches.
- Ha ! Ha ! Ha ! T'as vu sa tête ? Enorme ! Il a rien comp... »

Il n'eut pas le temps de finir, la fille venait de le gifler :

« Mais ça va pas Lucy ?! S’exclama-t-il.
- Et toi espèce d'idiot ?! T'as pensé à ta mère et ta sœur ? S'il t'arrive un truc elles font quoi, hein ? »

Elle marquait un point-là. Depuis quelques temps sa mère s'était affublée d'un « associé », un homme tout à fait répugnant. Il n'était pas moche loin de là, bien habillé et très sympathique en apparence mais c'était un bourgeois. Il était avide son regard criait ses intentions. Il voulait récupérer l'auberge de sa mère et il profitait d'une période de crise pour mettre la main sur sa convoitise. Le jeune garçon ne l'aimait pas et c'était réciproque. Cet homme ne lui inspirait nullement confiance même si l'image et la prestance qui se dégageaient de lui le plaçaient au rang d'ange descendu parmi les hommes. La mère d'Ilion avait cédé et ils se retrouveraient bientôt dans une maison du centre de Beetlethun, ce qui l'exaspérait au plus haut point puisque cela signifiait qu'il allait bientôt aller à l'école. En aucun cas il voulait laisser sa mère et sa sœur avec cet homme d'autant plus que quelques temps après qu'il ait débarqué sa sœur était devenue plus discrète et plus triste. Ilion mettait ça sur le compte de la disparition de leur vrai père. Il croyait, qu'elle aussi, avait peur d'oublier.

Il leva les yeux vers Lucy qui le fixait d'un air sévère ce qui l'amusa. Elle avait l'air d'un garçon manqué et son visage était plein de crasse à cause d'une farce qu'il lui avait fait quelques heures plus tôt. Ils avaient tous les deux le même âge, ils seraient donc dans la même classe même si étant d'une famille noble, Lucy aurait plus de facilités que lui pour les études :


« Et toi ? Tes parents savent que tu parles comme les paysans et que tu traînes par ici ? Railla-t-il »

Elle essaya de le gifler une seconde fois mais cette fois-ci il était préparé, il esquiva sans problème. Comme à son habitude Ilion s'enfuit en riant avec Lucy qui pestait sur ses talons.
Ces deux garnements passèrent toute leur enfance ensemble. Il ne faisait jamais rien sans l’autre. Malgré le fait que Lucy soit de plus noble naissance, ses parents connaissaient bien la mère d’Ilion et n’empêchait jamais leur fille de voir le garçon même si parfois il l’embarquait dans des aventures un peu moins digne d’une fille de la Cour. Bref, des inséparables. Mais ces moments là il y en eut de moins en moins avec le temps. Ils grandirent et inévitablement cette complicité se transforma petit à petit en autre chose que les cœurs de pierre ne connaissent pas mais qui vous pousse à certaines extrémités que nul ne peut imaginer…
Image
Avatar de l’utilisateur
Ilion Ansval
Rang Ilvl 1
Rang Ilvl 1
 
Messages: 11
Inscription: Dim 5 Oct 2014 21:04

Re: Ilion Ansval

Messagepar Ilion Ansval » Mar 21 Oct 2014 11:35

Chapitre 2 : Enfin…

Dix ans s'étaient écoulés depuis cette mésaventure avec le forgeron. Ilion approchait de la vingtaine d'années maintenant. Il riait moins mais gardait tout de même le sourire qui était, soit dit en passant, devenu ravageur. Étant donné qu'il avait continué ses espiègleries son corps s'était taillé dans cet objectif à force de pratique. Il était de taille moyenne et avait donc une très grande souplesse ainsi une musculature bien dessinée. Il n'était pas sec mais n'avait pas non plus la musculature d'un vieux loup de mer ou d'un soldat avec vingt ans de service. Non, la seule image qui vous viendrait à l'esprit si vous aviez de la chance de l'apercevoir rôder la nuit ce serait celle d'un félin bondissant de toit en toit dans un silence assourdissant. Sa bouche était fine, ses yeux tiraient plus sur le bleu marine maintenant et son nez droit s'accordait parfaitement aux traits fin de son visage. Il avait appris grossièrement le maniement de la dague au cas où sa victime ne cédait pas au chantage. En effet ses excursions de nuit avaient pour but de dénicher les petits secrets de chacun des habitants ce qui lui garantissait une certaine notoriété dont il n’abusait jamais. De cette manière l'école ne lui posait guère de problème, il était un élève moyen et cela lui convenait très bien. Il aimait jouer de son charme avec les jeunes bourgeoises qui gloussaient à ses moindres railleries et rougissaient lorsqu'il leur adressait un clin d’œil alors qu'il les dominait accoudé à un mur… Juste avant qu'elles ne s'enfuient lorsque Lucy lui fracassait le crâne avec ses livres :

« ILION ! TU NE T'ARRETES DONC JAMAIS !
- Ouch!dit-il en se frottant la tête. Je l'ai pas vu venir, tu ne deviens pas mauvaise à ce jeu-là.
- Si tu ne profitais pas de ta belle trogne pour amadouer ces pauvres filles... elle se reprit : je n'aurais pas besoin d'en arriver à de telles extrémités.
- Ahaa ! Donc tu me trouve mignon, je le savais ! Elles ne peuvent pas me... »

Un deuxième coups l'atteint une nouvelle fois à la tête et Lucy tourna les talons mais Ilion avait bien vu qu'elle avait rougie :

« Idiot ! Attache donc tes cheveux sinon M. Fumble va te le reprocher une fois de plus »

En effet ses cheveux azur lui arrivaient aux épaules et la bienséance voulais qu’il les attache maintenant qu'il faisait partie de la classe des bourgeois. Les affaires marchaient mieux que jamais à l'auberge et il aurait dû en être heureux mais à quel prix ? L'homme qui vivait chez lui avait non seulement fait disparaître le sourire de sa sœur mais abusait sans retenue de sa mère sans qu'il puisse y faire quoique ce soit. Il la traînait tel un vulgaire objet dans ces galas réservés à la haute société, elle détestait ça et Ilion lui reprochait de ne pas agir mais il savait qu'il n'y avait rien à faire également.

Il chassa cette pensé morose de son esprit pour observer Lucy s’éloigner. Cela lui remit le sourire aux lèvres. Depuis qu'ils étaient petits ils étaient inséparables et aujourd'hui encore ils se confiaient l'un à l'autre. Le garçon manqué avait laissé place à une magnifique jeune femme. Ses longs cheveux bruns descendaient en cascade jusque dans le milieu de son dos. Elle avait le teint pâle, semblable à la couleur de la neige ce qui, de manière assez étrange, l'attirait beaucoup. Lucy était fine et avait de longs membres, droits et fins qui lui donnaient tout de même une allure athlétique et douce à la fois. Son visage était encadré par une frange et deux anglaises de part et d'autre. Ses yeux étaient brillants, de couleur noisette et ses sourcils étaient très fins. Sa bouche quant à elle était filiforme et rose comme les framboises, une poitrine tout ce qu'il y avait de plus correct, ni trop grosse, ni trop petite, un dos pas trop cambré, des petites fesses rebondies et des jambes minces. Ce que l'on ne pouvait pas trop admirer avec cette robe bleu pleine de fantaisies mais qui ne dissuadait pas les jeunes hommes de fantasmer. Etonnement ces derniers ne tentaient aucunes approches vers la jeune femme. Peut-être parce qu'à chaque fois qu'ils esquissaient un geste vers elle ils apercevaient le sourire carnassier d'Ilion qui regardait dans leur direction qui annonçait clairement ses intentions, que des petits secrets ne seraient bientôt plus. Ils détalaient alors comme des lapins avant que Lucy n'ai pu leur retourner un sourire. Elle ne comprenait vraiment pas puisqu'elle ne voyait pas Ilion mais ne s'en souciait pas. Lucy permettait à Ilion d’échapper à sa situation familiale, même s’il n’en montrait rien la relation qu’il entretenait avec son amie d’enfance l’apaisait et lui permettait de toujours donner le meilleur de lui-même… quand il en avait envie.

Ce fût néanmoins une surprise qu’elle réagisse ainsi aujourd’hui car depuis quelque temps cependant, elle semblait soucieuse et Ilion ne savait pas pourquoi. Il n'arrivait plus à la faire rire, elle se contentait de sourire poliment à ses plaisanteries mais elle ne le frappait plus et cela l'affectait lui aussi. Il n'aimait vraiment pas la voir dans cet état, elle se forçait à être de bonne humeur et il le voyait bien. Quand il essayait de lui en parler elle avait subitement quelque chose à faire. Ilion la suivait discrètement et du toit en face de la fenêtre de la jeune femme il l'a regardait pleurer sur son lit sans savoir quoi faire ni quoi dire pour lui remonter le morale. Certains soirs de la semaine la jeune femme n’était pas chez elle et comme Ilion ne s'autorisait à ne venir dans le quartier noble uniquement pour voir son amie (car espionner pas les autres car cela engendrerait trop de problèmes) il n’avait donc aucun idée de ce qu’elle pouvait faire.

Plus les jours passèrent plus Lucy semblait abattue et l'on commençait à chuchoter dans le couloir à son passage. La mère d'Ilion tomba malade et sa sœur avait vraisemblablement fait une chute à son cours d'équitation ce qui les clouaient au lit. Le jeune homme aurait dû y prêter plus d’attention. Des signes l’auraient mis sur la voie. Ilion redoubla d’effort pour essayer de redonner le sourire à ceux qui lui étaient chère mais sans succès. Il fut très surpris lorsqu'un jour Lucy vint s’asseoir à côté de lui toute souriante alors qu'il regardait le soleil se coucher depuis le toit d'une maison. Elle était venue pour lui donner un pendentif :


« C’est un cadeau que les femmes de ma famille se passent de mère en fille, je voudrais te l’offrir Ilion. »

Le jeune homme avait du mal à trouver ses mots, vous auriez dû voir sa tête. Pour la première fois depuis longtemps une personne avait réussi à le surprendre. Lucy le fixait d’un regard intense ce qui n’arrangeait rien. Il se passait quelque chose. Il ne comprenait pas pourquoi elle prenait cet air si sérieux d’un seul coup. Il remarqua également que ses pommettes devenaient de plus en plus rouges :

« C’est quoi cet atmosphère-là ? » pensa-t-il de plus en plus mal à l’aise.

Il l’aimait beaucoup mais n’avait jamais songé à passer le cap. Comment pouvait-elle s’intéresser à lui alors qu’elle pouvait avoir n’importe quel homme de noble naissance? Ilion était confus, il ne s’était parfois posé la question à propos de Lucy mais s’en été vite détourné car à chaque fois qu’il y pensait son esprit était quelque peu brouillé.

Une fois, alors qu’il sautait de toits en toits tout en pensant à la jeune femme il faillit manquer sa réception qu’il l’aurait entrainé trois mètres plus bas à finir sur la tête. Depuis ce jour il se forçait à ne pas y penser pour deux raisons évidente : ça pouvait être dangereux et surtout il n’aimait pas ce sentiment incertain qui lui faisait perdre son assurance.

Maintenant qu’il n’avait d’autre choix que de lui faire face il été paralysé. Le coucher de soleil, le regard intense de Lucy faisait accélérer son cœur. Son amie le fixait intensément. Elle lui présenta le pendentif en rougissant :


« Tiens, dit-elle.»

Il approcha lentement sa main de la sienne et saisit délicatement le pendentif :

« Merci, répondit-il simplement.
- Tu sais, ce pendentif représente quelque chose pour ma famille… »

Le cœur d’Ilion battait de plus en plus fort. Oui, il en avait une petite idée.

« … Et généralement nous le donnons à l’homme qui... elle hésita.
- Qui sait faire du rodéo sur un Moa habillé en tutu ? Plaisanta-t-il pour essayer de détendre la situation.
- Shhh, laisses moi finir, répondit elle avec le sourire aux lèvres en détournant le regard. »

Elle prit une longue inspiration et fixa Ilion de manière déterminé ce qui finit par faire rougir le jeune homme :

« Ilion, ce pendentif est destiné aux hommes que nous apprécions plus que tout. J’aimerais que tu le portes et que tu rencontres mes parents, lâcha-t-elle enfin. »

Le jeune homme sentit des papillons flotter dans son estomac, un large sourire se dessina sur ses lèvres. Il porta le pendentif à son cou :

« J’en serais enchanté »

Il approcha ses mains du visage de la jeune femme qui, après un hoquet de surprise finit par rapprocher son visage du siens. Malheureusement ils n’eurent pas le temps d’aller plus loin. Un servant en contre-bas venait chercher la jeune femme :

« Je te rejoins chez toi ce soir, dit-elle avant de descendre. »

Ilion acquiesça et observa Lucy s’éloigner en direction du quartier noble. L’esprit d’Ilion était embaumé de coton, il souriait bêtement et resta un petit moment sur le toit avant de rentrer chez lui.

Lorsqu’il arriva il ne remarqua même pas que ça mère et sa sœur n’était pas à table avec son beau-père et lui. Il continuait de le souler avec ses affaires et Ilion n’y prêtait nullement attention quand soudain il se sentit engourdit. Il sentait son corps s’ankyloser sans qu’il ne ressente aucune fatigue. C’est comme si… Et lorsqu’il remonta la tête vers son beau-père, il comprit en voyant le rictus sournois de son visage qu’il avait été drogué.

Image
Avatar de l’utilisateur
Ilion Ansval
Rang Ilvl 1
Rang Ilvl 1
 
Messages: 11
Inscription: Dim 5 Oct 2014 21:04

Re: Ilion Ansval

Messagepar Ilion Ansval » Mar 21 Oct 2014 11:37

Chapitre 3 : Désenchantement

« Alors mon petit Ilion, je vois que ta relation avec la fille des Daurions c’est grandement amélioré ses derniers temps ? Raillât-il. Quel dommage qu’elle soit promis à un autre homme… »

Le sang d’Ilion ne fit qu’un tour : que voulait-il à Lucy ? Quelle est donc cette histoire ? Serait-il derrière le changement de comportement de Lucy avant cette soirée ? Il frémit intérieurement lorsque le beau-père finit sa phrase :

« Heureusement qu’elle vient te voir ce soir, dit-il en se levant. Tu pourras tout arranger et lui enlever ce poids de sa conscience ria-t-il. »

Pendant que l’infâme personnage fit le tour de la table et commença à s’approcher de lui, Ilion se demandait comment cet homme en savait-il autant :

« Le servant, il est de mèche avec lui… »

L’incompréhension laissa place à la colère. Il était hors de question que cet homme s’approche de Lucy. Il ne savait pas comment il avait réussi à s’arranger un mariage avec elle sachant qu’il été encore avec sa mère mais il trouverait les réponses :

« Bouges putain ! Bouges ! »

Mais ses mots ne sortaient pas de sa bouche et son corps ne voulait absolument pas obéir. Le beau-père continuait de raconter ses histoires de comment il avait été facile de manipuler tout le monde mais Ilion ne l’écoutait pas. Il souleva le jeune homme et l’installa dans une armoire qu’il entrouvrit juste assez pour qu’il puisse assister à la suite des évènements :

« Restes-là hein, bouges pas tu vas voir ça va être génial, dit-il avec un sourire malsain. »

L’homme se saisit d’un couteau un peu plus loin. Qu’allait-il faire ? se demandait Ilion qui tentait en vain de reprendre le contrôle de son corps. Le beau-père pratiqua une légère incision sur le bout du doigt du jeune homme. Il essuya le sang se son index et le porta à ses lèvre toujours avec un sourire malsain :

« Et maintenant le tour de passe-passe, annonça-t-il »

Soudain son apparence changea. Ses cheveux s’éclaircirent, sa taille diminua, ses yeux devinrent bleu et c’est là qu’Ilion compris les dessins de l’imposteur. Il se trouva devant une parfaite réplique de lui-même quelques seconde plus tard. La voix était également la même que la sienne :

« Bien, je t’emprunte ça, dit-il en se saisissant du collier. »

Ilion était en colère et les minutes qui passèrent lui semblèrent être les plus longues de sa vie. C’était sans compter sur ce qu’y allait se passer.

Lucy arriva quelques instant après et Ilion dû assister, les larmes aux yeux à la tirade de son beau-père qui annonçait à Lucy que l’histoire entre Ilion et elle serait impossible. Qu’elle était promise à un autre, qu’il ne voulait pas se mettre en travers de ses projets, qu’il en était mieux ainsi et que ça n’aurait jamais marché. Lucy était incrédule, elle ne voulait pas y croire et essaya tant bien que mal d’essayer de convaincre la personne qu’elle croyait être Ilion. Elle fondit en larme de tristesse et de colère sous le stoïcisme de son interlocuteur qui ne voulait rien entendre. Il feinta alors l’agacement pour mettre fin à la conversation et Lucy sorti de la pièce en courant.

Ilion était fou de rage mais il n’avait aucune idée que son calvaire ne faisait que commencer :


« Rho, la pauvre. Tu aurais pu être un peu plus compréhensif envers elle. Elle essaye d’échapper à un mariage qui aura lieu… Ah oui, dans deux jours ! Ha ! Ha! Ha! Ha!».

Ilion ne maudira jamais assez de s’être fait piéger comme ça jusqu’à la fin de sa vie. Non seulement cet homme était foncièrement mauvais mais en plus il prenait un plaisir pervers à détruire moralement les personnes qui l’entourait :

« Bon ce n’est pas tout, mais j’ai ma fiancée à aller consoler maintenant que tu lui a brisé le cœur… »

Le beau-père reprit son apparence normale, s’habilla et sorti de la pièce en riant laissant Ilion dans le noir, totalement impuissant. Il voulait le tuer. Cet homme ne devait pas continuer à agir comme bon lui semblait. Les minutes passèrent et Ilion s’efforça de garder son esprit sain afin de planifier ce qu’il allait faire dès qu’il allait retrouver l’usage de son corps. Ce qui arriva d’un coup au bout de ce qui lui parut une éternité. D’un coup il pouvait bouger la totalité de ses membres. Il s’élança alors à toute vitesse vers le quartier des nobles en priant d’arriver à temps. Il parcouru la ville à tour vitesse. Filant de toits en toits, la peur au ventre. Allait-elle le croire? Il pria les dieux pour que se fusse le cas.
Lorsque qu’il arriva sur le toit devant la fenêtre de son amie quelque chose se lui en brisa. Peut-être était-ce sa raison, sa bonne humeur, son goût de la vie? Je pense personnellement que lors de cette soirée là il perdit non seulement fois en la noblesse, en la bourgeoisie et en tout autre titre pompeux qu'en l'humanité elle-même. Le choc était tellement violent que ces mots ne me semblent pas du tout exagérés. Dans la chambre de son amie il y avait bien évidement Lucy mais il n'y avait pas qu'elle. Son beau-père était déjà là, nu avec elle dans un même lit.
Image
Avatar de l’utilisateur
Ilion Ansval
Rang Ilvl 1
Rang Ilvl 1
 
Messages: 11
Inscription: Dim 5 Oct 2014 21:04

Re: Ilion Ansval

Messagepar Ilion Ansval » Mar 21 Oct 2014 11:50

Chapitre 4 : La Lune sanglante

Le beau monde d'Ilion s’effondra. Sous ses yeux il y avait l'être qui lui était le plus chère qui prenait de plaisir avec l'homme qu'il haïssait le plus au monde. Son beau-père la consolait et ne cessait de lui rabâcher qu'Ilion était un moins que rien qui ne pourrait jamais la protéger comme lui pourrait le faire, qu'il l'avait prévenue que le jeune homme ne l'aimait pas et pendant qu'il débitait son tissus de mensonges la jeune femmes ne faisait qu'acquiescer aux bords de larme gémissant cependant de plaisir. Elle était perdue. Ilion aussi. Chaque coup de hanches, chaque soupir l'enfonçait un peu plus dans les abysses. Ses sens se vaporisaient un à un, c'était comme si la vie l'abandonnait. Encore une fois il est très dur pour moi de vous faire ressentir exactement les émotions d'Ilion à ce moment-là. Il été brisé. Il manqua de s'écraser au sol. Lorsqu'il reprit conscience il parvint à se raccrocher de justesse mais un morceau de gouttière se décrocha et s'écrasa au sol dans un vacarme à réveiller les morts. Lucy et le beau-père tournèrent alors la tête vers la fenêtre et virent une silhouette remonter rapidement sur le toit puis s'éloigner. Tous deux savaient qui était cette silhouette et alors que l'un ricanait l'autre aperçu un bref instant les larmes qui coulaient sur les joues d'Ilion qui se reflétaient tel des diamants au clair de Lune. La souffrance qu'il éprouvait était insoutenable, s'était un profond sentiment de trahison et d'injustice que rare son ceux qui en sortent indemne. Ilion n'avait pas pu avouer ses sentiments qui été pourtant suffisamment forts et cette occasion ne se représenterais jamais... L'âme en peine, et la poitrine hurlante de douleur il courut à en perdre haleine.

La vue troublée par les larmes il manqua son dernier saut avant d'arriver à sa chambre et fracassa les caisses qui amortirent douloureusement sa chute. Il se releva tant bien que mal quelques minutes plus tard, vidé... Il ne pensait plus à rien. La porte entre-ouverte de la chambre de sa sœur qui laissait passer un courant d'air attira son attention. Il décida d'aller fermer sa fenêtre car ce n'était sûrement pas bon pour elle. Le plancher était mouillé. Lorsqu'il comprit d'où cela venait il hurla. Sa sœur était étendue sur son lit, la jugulaire tranché et le sang s'était rependu dans toute la pièce. Il continua de hurler ce qui réveilla les voisins et plusieurs bougies s'allumèrent dans les maisons mitoyennes. Lorsqu'il revint à lui, il avait beau les essuyer, ses larmes ne cessèrent de couler. Des personnes frappaient à sa porte. Il courut alors vers la chambre de sa mère et ne fut pas surpris de la trouvé sans vie.

Il eut juste le temps de prendre sa dague sous son matelas avant de s'éloigner de sa demeure. Il courra pendant une bonne partie de la nuit vers la forêt la plus proche pour s'y réfugier. Ses larmes lui brouillaient toujours la vue et son chagrin était inconsolable. Une pluie fine commença à tomber, il baissa la tête. En même temps qu'il ralentissait sa course la pluie s'intensifiait. Il était au beau milieu de la forêt et trouva un arbre creux pour s’abriter. Pourquoi ses fichues larmes ne voulaient-elle pas arrêter de couler ?! Il s'assit au creux de l'arbre et se recroquevilla sur lui-même Comment les parents de Lucy avaient-il pu en arriver là ? Comment tout cela avait-il pu arriver ? Son esprit tournait et retournait sans fin la même question sans y trouver de réponse. Il pleura tantôt de rage, tantôt de haine sans jamais s’arrêter, toute la nuit. Malgré toutes ses questions, la fatigue eut raison de lui et il sombra dans un sommeil profond, épuisé.



***

Ilion marchait en pleine tempête de neige mais il savait qu'il était tout près du but. Il arriva dans la caverne qu'il cherchait et lorsqu'il sortit les mains de son long manteau de fourrure il remarqua deux choses. La première est qu'il ne tremblait même pas de froid alors que la température extérieure aurait dû le geler sur place, la seconde est qu'elles paraissaient plus vieilles et c'est à ce moment qu'il vit son reflet dans la paroi gelée de la caverne. Il devait avoir une dizaine d’années en plus et il ne savait pas comment cela avait pu arriver. Néanmoins il savait pourquoi il été là, il devait trouver quelqu'un. Il s'enfonça dans la grotte et trouva ce qu'il cherchait. Il déboucha dans une salle immense. On devinait les pavés sous la couche de glace. Au centre, il y avait une imposante statue de Grenth, dieu de la mort. Lorsqu’il s'approcha la température baissa très fortement mais il ne s’en souciait guère. Il venait pour le glaçon géant à ses pieds. En effet, ce glaçon renfermait une personne, entièrement vêtue de noir et son visage était caché par une cagoule tout aussi sombre. Lorsqu'il posa la main sur le cercueil de glace la statue s’anima et Ilion se réveilla en sursaut. Il faisait nuit et la pluie avait cessée tout comme ses larmes.

***


Il avait dormi tout le jour. Son esprit était embrumé il se remit sur pieds avec difficultés. C'est alors que les derniers événements lui retombèrent dessus. Le regard dans le vide ils repassèrent un à un devant ses yeux d'où les larmes commençaient à arriver. Son beau-père avait tout orchestré d'une main de maître à la seconde près. Sa sœur devait avoir découvert un de ses secrets, il voulait la propriété entière de l'auberge et maintenant il se mariait avec une noble pour obtenir le titre. Résultat, il avait empoisonné sa mère, tuer sa sœur et il allait se marier avec Lucy. C'était là la raison de tout son mal être. Elle devait être au courant et ses parents participaient bien évidement au jeu. Ilion ne pouvait rien faire maintenant qu'ils l'avaient vu près de la fenêtre il serait le coupable idéal qui fou de chagrin d'un amour d'adolescent aurait sombré dans la folie et tué sa famille puis se serait enfui. Sa parole ne vaudrait rien devant celle de son beau-père.

Ilion sentit la rage monter. Il n'avait plus qu'une seule idée en tête : Égorger tous ceux responsables de son malheur. C'est alors que quelque chose d'étrange arriva. Le vent changea, il était glacial mais cependant cela ne le gênait vraiment pas. Machinalement il regarda ses mains. Elles tremblaient mais il ne savait pas pourquoi. Il se mit en route vers Beetletun. Le vent rendait ses mouvements encore plus rapides et il sautait beaucoup plus loin. Il crut qu'il devenait fou lorsque le vent lui murmura :


« Tu es d'une ligné qui m'a toujours servi sans faille, un de tes ancêtres a besoin de toi. Si tu acceptes d'aller le retrouver cette nuit sera celle de ta vengeance... »

Cette voix semblait venir du fond des âges ou plutôt du fond de l'Outre-Monde. Elle vous aurait glacé le sang car c'est bien la voix de Grenth qui arrivait aux oreilles d'Ilion ce soir-là. Ce dernier le devinait sans pour autant y croire mais il accepta le marcher sans hésiter :

« Bien jeune Ansval, suis moi... »

Le vent le guida vers un manoir, celui que son beau-père avait sans doute gardé en vue de sa seconde vie. Lorsqu'il arriva à proximité il identifia immédiatement la situation. Lucy avec le surplus de maquillage était une vrai poupée humaine, sans vie ni sentiments. Son beau-père quant à lui ricanait grassement, savourait sa victoire en la prenant par la taille et en la présentant aux convives qui ne paraissaient nullement choqués :

« Tous savaient pour ton beau-père... Sauf la petite »

Tous étaient donc complices du meurtre de sa mère et sa sœur. La rage brûlait dans tout le corps du jeune homme, il tremblait et maintenant il en connaissait la raison : l’excitation devant toutes ses personnes qu'il allait massacrer. Ses phalanges blanchirent lorsqu'il serra la dague à sa ceinture :

« Tu ne découperais même pas du pain avec cette dague... Laisse-moi t'aider… »

Lucy ne savait plus quoi penser. Avait-elle mal interprété les paroles d'Ilion ? Aussi fut elle soulager de le voir apparaître, assis négligemment sur le fauteuil en bout de table, mais elle sentit presque instantanément un frisson lui parcourir le corps tout en entier. Voyant que sa nouvelle conquête ne faisait plus attention à lui le beau-père chercha du regard ce qui attirait l'attention de Lucy. Lorsqu'il aperçut Ilion il perdit patience :

« Que fais-tu ici ?! »

Ilion sourit. Mais ce sourire n'avait plus rien à voir avec ceux du petit enfant jovial qu'il arborait jadis. Ce sourire-là était carnassier. Il souriait tel un félin se léchant les babines justes avant de fondre sur son repas. Tous les invités se turent et regardèrent le jeune homme, beauté de glace dans un apparat noir et argent digne des plus grands couturiers de Tyrie qui rappelait sensiblement l’apparat des prêtres du dieu de la mort. Les chuchotements commencèrent :

« Je pourrais-te retourner la question beau-père. Ne serait-ce point des fiançailles ? Je passerais outre le fait que je n'y sois pas convié mais cela ne te fait rien alors que le corps de ma défunte mère est encore chaud ? Ma sœur aurait rêvé de porter la toute dernière robe que tu lui as offerte pour acheter son silence... »

Le bourdonnement des invités gagna en ampleur, le beau-père ria alors plus fort :

« Ha ! Ha ! Ha ! Ce sont là des accusations bien graves mon petits et surtout bien osées venant de celui qui vient de rejeter L'AMOUR DE SA VIE ! »

Les invités se mirent à rire de concert mais ce fut de très courte durée car lorsque le beau-père finit sa phrase un vent glacial s’engouffra dans le manoir en faisant claquer les hautes fenêtres et soufflant toutes les bougies. Une légère brume envahissait alors la salle et l'on percevait très distinctement les rayons du clair de lune. On raconte que cette nuit-là ils étaient rouges... Le beau-père ricana de plus belle tel un dément :

« HA ! HA ! HA ! TES PETITS TOUR DE PASSE-PASSE N'EFFRAIENT PERSONNE ILION ! GARDE ! S’époumona-t-il.
-Tu es bien sot de croire que j'aurais laissé qui que ce soit intervenir... expliqua calmement Ilion. »

Les convives s'étaient tue et dans ce silence de mort on entendit un claquement de doigts suivit d'un brouhaha de casseroles renversées. Une femme hurla en distinguant le corps d'un garde gisant sur la table aux milieux de ses entrailles, puis une autre eut la même réaction lorsqu'elle vit la même chose un peu plus loin. Une dizaines de corps sans vie gisait sur la table au centre de la pièce. C'est alors que le beau-père compris les intentions du jeune homme et il fit tout ce que tout bourgeois malhonnête sait faire le mieux quand il se sent menacé, il s'enfuit. Bousculant Lucy et ses parents au passage il agrippa la poignée de la porte, tira alors en émettant des petits cris désespérés telle une souris prise au piège jusqu'à ce qu'elle lui reste finalement dans les mains. Il compris alors que personne ne pourrait le sauver, ni pourrait se sauver :

« Mesdames, Messires le jeu s'arrête maintenant et vous avez perdu... »

L'on entendit des bruits mats, du liquide qui coulait, des cris, mais surtout un que Lucy se souviendra jusqu'à la fin de ses jours : le cri du désespoir. Le cri de chagrin et de rage d'Ilion qui exécutait sa danse macabre. Nul ne connaîtrait jamais autant de souffrance que ce que l'on pouvait ressentir à travers ce hurlement. Même la panique des invités ne pouvait couvrir ce chant funèbre. Le massacre fut terminé en seulement quelques minutes, qui avaient paru une éternité, il ne restait que Lucy qui se couvrait les oreilles, à genoux dans une mare de sang. Ilion s'approcha d'elle lentement et s’accroupit près d'elle en rangeant à sa ceinture une dague dont la lame était faite de sang glacé. Il releva son menton et elle ouvrit les yeux découvrant le visage radieux ensanglanté du jeune homme quel connaissait. Il s'approcha et lorsqu'il effleura ses lèvres avec les siennes il murmura :



« Je t'aimais »



Un vent glacé balaya la grande salle et les bougies se rallumèrent dévoilant la terrible boucherie aux yeux des gardes qui venaient d'arriver. Ilion avait disparu. Plus d'une trentaine de nobles gisaient dans leurs propres entrailles et le beau-père était suspendu par ses tripes au lustre en cristal telle une cerise sur le gâteau. Cette nuit-là fût appelée la Lune sanglante. Personne ne sait ce qu'il s'était passé ce soir-là ni ce qu'il était advenu d'Ilion. Beaucoup s'accordait à dire qu'il ne pouvait pas rester tant la perte de sa mère et sa sœur était insupportable.

Je vais vous dire ce qu'il lui est arrivé. On ne sait pas comment mais les autorités ont découvert qu'il était l'auteur du massacre et lui donnèrent ainsi le nom de Croc de glace ou encore Morsure du givre étant donné que les corps retrouvés semblait avoir été mutilés par une bête et qu’ils étaient également très froids alors qu'il venait d'être tués. Ilion quant à lui a honoré son contrat et la dernière fois qu'il a été aperçut il se dirigeait vers le Promontoire Divin aux côté d'un homme habillé tout en noir dont le visage était couvert par une cagoule tout aussi sombre.



Image

Image
Image
Avatar de l’utilisateur
Ilion Ansval
Rang Ilvl 1
Rang Ilvl 1
 
Messages: 11
Inscription: Dim 5 Oct 2014 21:04


Retourner vers Background

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron